Banque Centrale Européenne Bloquée

Une des premières recherches menées sur le Système Monétaire Européen et publiée en 1992 au Golden Gate University Magazine par Said El Mansour Cherkaoui

En 1992, j’ai conduit une recherche et enseigna le premier cours dans toute l’histoire d’existence de Golden Gate University et cela sur le sujet de la Construction de la Communauté Economique Européenne et la Création du Système Monétaire Européen. Voici une illustration de cet événement a propos de la publication d’un article extrait de ma recherche et publié par Connections, le Magazine de Golden Gate University a San Francisco.

Publication Récente sur le Système Mondial du Dollar Américain

Crise Bancaire: Dollar Mondialisation Ébranlée

Légende de la photo: Prix de la Perte d’Importance du Dollar dans le Commerce International, une devise pressée sur des fruits de mer génétiquement modifiés Mis à jour le 26 May 2023 – Publié initialement le 20 mars 2023 Par Saïd El Mansour Cherkaoui Chers lectrices/eurs et ami/es Nous avons le plaisir de partager avec vous … Continue reading


Mise à jour avec une nouvelle introduction le 04/02/2023


Said El Mansour Cherkaoui • Global Public Relations Manager at Tate Yoko Research Institute – TRI

Christine LagardeChère Madame la Présidente
This year used to be designated as the year when the rate of inflation will be reduced to 2% and it is not happening.
But the interest rate is pushed slowly up and the price for the energy is skyrocketing and the laying off is a deluge while the most advanced economies all they found as remedy is to tighten the belt and the pension and the retirement are the first victims of such policy that used to be a condition for loans given to the Third World countries.
C’est le Retour de la Manivelle and the Boomerang Effect that is taking place that will be succeeded by the Domino Effect at the level of business operations and value added chain cycles. … Read more

Said El Mansour Cherkaoui • Responsable mondial des relations publiques au Tate Yoko Research Institute – TRI

Christine Lagarde – Chère Madame la Présidente
Cette année était désignée comme l’année où le taux d’inflation sera réduit à 2% et cela ne se produit pas.
Mais le taux d’intérêt est poussé lentement à la hausse et le prix de l’énergie explose et les licenciements sont un déluge alors que les économies les plus avancées n’ont trouvé comme remède que de se serrer la ceinture et la pension et la retraite en sont les premières victimes. politique qui était autrefois une condition des prêts accordés aux pays du tiers monde.
C’est le Retour de la Manivelle et l’Effet Boomerang qui s’opère auquel succèdera l’Effet Domino au niveau des opérations commerciales et des cycles de la chaîne de valeur ajoutée . … En savoir plus


Opération Kamikaze Monétaire de la Banque Centrale Européenne

Said El Mansour Cherkaoui – Global Public Relations Manager au Tate Yoko Research Institute – TRIGlobal Public Relations Manager au Tate Yoko Research Institute – TRI Opération kamikaze monétaire par la Banque centrale européenne Ma première question est de savoir quand une banque située en Europe peut contrôler … Continuer la lecture  Monétaire Opération Kamikaze par la Banque Centrale Européenne – Tate Yoko Research Institute

Monetary Kamikaze Operation by the European Central Bank

Said El Mansour Cherkaoui – Global Public Relations Manager at Tate Yoko Research Institute – TRIGlobal Public Relations Manager at Tate Yoko Research Institute – TRI Monetary Kamikaze Operation by the European Central Bank My first question is when a Bank located in Europe can control … Continue reading Monetary Kamikaze Operation by the European Central BankTate Yoko Research Institute


Synopsis et introduction

Christine Lagarde et la politique monétaire européenne

Les défaillances de la Banque centrale européenne, une invitation à la récession

Plusieurs mois plus tôt, j’avais écrit des articles sur la douce descente en récession à travers les prises de position de Madame Christine Lagarde et le manque de clarté financière des décisions qu’elle n’avait cessé de promouvoir ce qui donnait l’impression qu’elle n’avait pas complètement lâché ses mauvaises réactions et recommandations faites aux pays en développement lors de sa présence à la tête du Fonds monétaire international, dont elle a hérité en cadeau suite à un accident dans l’histoire des Valses new-yorkaises de Strauss.


Version Française: Changer l’économie mondiale

Said El Mansour Cherkaoui Oakland California – USA 15 Janvier 2021 Travaux et recherches de Said El Mansour Cherkaoui sur l’Amérique latine L’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) : Secteur Informel, Commerce Électronique et Subcapitalisme: Pérou, Brésil, Colombie … Continuer la lecture →

English Version: Changing World Economy

Said El Mansour Cherkaoui Oakland California – USA January 15, 2021 Work and Research by Said El Mansour Cherkaoui The North American Free Trade Agreement (NAFTA): Informal Sector, Electronic Commerce and Subcapitalism The informal sector in Peru, Brazil, Colombia …Continue Reading →


Swile compte désormais près de 5 millions de salariés utilisateurs, dans 75 000 entreprises clientes, essentiellement en France et au Brésil.

Anthony Bondain 11/05/2010 à 12:28, Mis à jour le 25/01/2023 à 12:51

La BCE a-t-elle perdu crédibilité et indépendance en acceptant d’intervenir sur le marché obligataire secondaire pour stabiliser la maison Euro ? Les avis sont encore divergents sur les conséquences de la décision historique de la banque centrale, dont la décision est cependant saluée comme étant un remède efficace, en parallèle du plan européen de soutien financier, aux déboires de la Zone Euro…

La Banque Centrale Européenne, en charge depuis 1999 de la mise en œuvre de la politique monétaire de la Zone Euro, est totalement indépendante. Ce principe est d’ailleurs inscrit dans le Traité instituant la Communauté Européenne. Dans son article 109, il dispose en effet que la BCE n’a pas d’instruction à recevoir “des institutions ou organes communautaires, des gouvernements des États membres ou de tout autre organisme“, ceux-ci s’engageant pour leur part à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer la BCE dans l’accomplissement de sa missions. Certains gouvernants, français notamment, se sont pourtant écartés de leur devoir de réserve depuis le début de la crise, en réclamant par exemple il y a plusieurs mois de cela une politique plus souple de la part de la banque centrale. Le Gouverneur Jean-Claude Trichet a fait à plusieurs reprises ces deux dernières années la leçon aux bavards, en rappelant que la mission principale de la BCE était d’assurer la stabilité des prix, et subsidiairement d’apporter son soutien aux politiques économiques générales prioritaires de l’Union, soit un niveau d’emploi élevé et une croissance durable non-inflationniste.

Jusqu’à la fin de la semaine dernière, et malgré l’adoption de mesures exceptionnelles destinées à adoucir l’impact des morsures de la crise dans la Zone Euro, la BCE s’était toujours fermement refusée à sortir de son rôle principal, allant jusqu’à susciter de sévères reproches de la part de certains économistes qui estimaient la posture trop rigide. Mais depuis la crise grecque, Jean-Claude Trichet a dû s’adapter, bon gré mal gré. L’aggravation de la situation ces dernières semaines, qui menaçait la stabilité même de la Zone Euro, l’a contraint à une volte-face qui a sûrement dû l’affecter même s’il n’en laisse rien paraître. Ainsi la BCE s’est-elle résolue à mettre en place un programme de rachat d’obligations européennes pour rassurer les marchés. L’organisation basée à Francfort était jusque-là parvenue à éviter ce système que ses homologues américaine, britannique et japonaise, avaient institué très tôt dans la crise pour des raisons toutefois différentes. Cet élargissement des compétences de la banque centrale a de multiples implications, dont la plus évidente est l’alourdissement à venir de son bilan. Mais il pose aussi inévitablement la question de son indépendance et de sa crédibilité, ne serait-ce que parce que la décision historique a été prise alors que la pression politique était forte en Europe pour que la BCE mette la main à la pâte dans le cadre du sauvetage grec.

L’idée d’une perte d’indépendance a été balayée hier du revers par Jean-Claude Trichet lui-même, qui a déclaré que l’institution reste “farouchement et totalement indépendante” et que cette décision est celle du conseil des gouverneurs de la banque centrale, “et pas celle d’une sorte de pression de quelque nature qu’elle soit“. Les marchés, eux, ont tôt fait de qualifier la mesure d’intervention de la BCE sur le marché obligataire secondaire d'”option nucléaire”, tant elle était perçue comme le recours ultime en cas de risque de contagion de la crise grecque, même si le Gouverneur a martelé que son appui a pour revers la mise en place rapide de mesures d’assainissement des finances publiques des Etats Membres.

Pourtant certains économistes jugent que la volte-face de la BCE met à mal son indépendance et sa crédibilité. C’est le cas de Marco Annunziata, d’Unicredit, qui s’il salue les effets des mesures n’en pense pas moins que l’image de la banque centrale est écornée. “Même si le Portugal et l’Espagne annonceront de nouvelles mesures d’ajustement fiscal dans les prochains jours, il sera difficile de ne pas voir cette décision comme une perte de crédibilité et d’indépendance pour la BCE“, explique-t-il. A l’inverse, Pierre-Olivier Beffy, d’Exane BNP Paribas, ne voit pas pourquoi l’achat de titres publics pèserait sur la crédibilité de l’institution. “En achetant des titres publics pour des Etats solvables mais qui font face à un risque de refinancement à court terme, la BCE s’oppose aux mouvements de spéculation qui pénalisent les pays fragiles“, argumente-t-il, en ajoutant que sa contribution théorique serait bien inférieure à celles des grandes banques centrales qui disposent déjà d’un programme similaire. En outre, la BCE a précisé qu’elle réduira concomitamment la liquidité disponible sur le marché pour ne pas trop alourdir son bilan, ce qui compensera les conséquences du plan sur sa marge de manœuvre en matière de lutte contre l’inflation, qui reste la cible prioritaire. Enfin, l’économiste insiste sur le fait que l’indépendance dont jouit statutairement la banque centrale n’est pas incompatible avec une coordination avec les efforts des gouvernements, d’autant plus qu’elle a conditionné son soutien aux efforts budgétaires des Etats Membres.

Au-delà du débat sur l’indépendance de l’institution, les économistes sont quasi-unanimes à saluer l’importance des mesures adoptées pour répondre au risque d’éclatement de la Zone Euro. En ce sens, la BCE a marqué des points, quoique tardivement jugeront certains. Il appartient désormais à Jean-Claude Trichet de démontrer que la banque centrale a les moyens d’obliger les Etats Membres au redressement de leurs finances publiques qu’il appelle de sa volonté depuis plusieurs mois. Dans un contexte de croissance faible et de chômage élevé, cela ne sera pas la plus mince de ses tâches.

La recherche et les publications de Said El Mansour Cherkaoui comme travail préalable et prédictif sur l’Inflation et la Staginflation en Europe et les économies liées à la Supply Chain entrant et sortant des Pays Européens.

Honorable Christine Lagarde – 22/7/2022 – Banque centrale européenne

Aujourd’hui, nous avons pris nos dernières décisions de politique monétaire :
🔵 Nous avons relevé les taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage, une nouvelle étape dans la normalisation de notre politique monétaire
🔵 D’autres hausses de taux viendront. Ils dépendront de la façon dont nous voyons l’économie et l’inflation évoluer
🔵 Nous avons également convenu d’un nouvel instrument pour nous assurer que notre politique atteigne en douceur toute la zone
euro

ou visitez notre site Web  https://lnkd.in/eq8hpd6Y

Hier, nous avons augmenté les taux d’intérêt pour la première fois en 11 ans. Voici trois façons d’en savoir plus sur nos décisions :

1️⃣ Lisez notre explicatif, qui explique pourquoi nous avons augmenté les tarifs  https://lnkd.in/eQXvPUfK
2️⃣ Consultez notre déclaration visuelle, qui explique nos décisions dans un langage facile à comprendre  https://lnkd.in/enXtYSXE
3️⃣ Écoutez  #TheECBPodcast , où j’explique le raisonnement derrière la randonnée  https://t.co/Y1KpRDqueF

📸 par Sanziana Perju/ECB

Zone euro : monnaie et inflation

Christine Lagarde Présidente Banque centrale européenne La Russie n’est pas seule et il y a la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil, les BRICS construisent un mur de protection contre tout obstacle financier contre la Russie. Dommage, Mme Christine Lagarde, l’inflation trouvera un nid douillet dans ces sanctions où procréer et s’étendre non seulement en… Continuer la lecture → 2 novembre 2021

Mme Christine Lagarde doit assumer une mission purement européenne et ne pas imiter la Federal Reserve Bank de New York et suivre la trajectoire tracée par les autorités américaines au regard de la situation économique conflictuelle actuelle dans laquelle l’Europe au lendemain de la guerre entre la Russie et l’Ukraine .

Détruire pour Construire, Anarchie dans la Nature Humaine Motivée par le Profit à Tout Prix et dans Toutes les Directions sans autre alternative que la Course au Positionnement en Pole Position et à l’Avant-garde du Marché pour effectivement diriger, orienter et dicter les conditions mêmes de ce Marché qui devrait être ouverte compte tenu de l’idéologie ultra-libérale qui la structure en interne comme elle conditionne le rythme de ses relations extérieures.

Plusieurs de ces aspects dont j’avais discuté dans les articles de ce Dossier :


Banque centrale européenne09/06/2022

🆕📈 L’#inflation de l’#OCDE  monte à  🔟5⃣% en septembre 2022, les pressions inflationnistes s’étendant au-delà de l’alimentation et de l’énergie dans la plupart des pays. En savoir plus  ⤵️

rouleau de billets en dollars américains resserré avec bande

OCDE – OCDE 432 251 abonnés – 09/06/2022 • Il y a 19 heures

#쮋 ay’s top news 🆕 Les dernières  #OECD  #EconomicOutlook  ont ​​été publiées :

La guerre de  la #Russie contre l’#Ukraine  ralentira considérablement la reprise économique mondiale et fera monter  l’#inflation .

Sur la base de nos projections, nous prévoyons que l’inflation dans la zone OCDE atteindra près de 9 % cette année. 💶📈

Le monde va payer le prix fort à cause de cette  #guerre . Lisez-le ici ⤵️ oe.cd/EOjun22


A Istanbul, la Russie et l’Ukraine ont signé vendredi 22 juillet 2022 un accord pour autoriser l’exportation de céréales via les ports de la mer Noire. La Russie et l’Ukraine ont signé des accords séparés avec la Turquie et les Nations Unies, ouvrant la voie à l’exportation de millions de tonnes de céréales ukrainiennes désespérément nécessaires – ainsi que de céréales et d’engrais russes – qui peuvent atténuer la crise alimentaire qui a menacé la sécurité alimentaire dans le monde.


L’accord permettra à l’Ukraine d’exporter 22 millions de tonnes de céréales et d’autres produits agricoles bloqués dans les ports de la mer Noire en raison de la guerre. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, cet accord russo-ukrainien porte sur 10 milliards de dollars de céréales qui seront disponibles à la vente avec environ 20 millions de tonnes de la récolte de l’année dernière qui peuvent maintenant être exportées.

Dans le même esprit, les États-Unis se sont engagés à fournir davantage de soutien militaire à l’Ukraine avec 270 millions de financement supplémentaire pour l’achat d’armes pour l’Ukraine. Dans cette aide financière totale, les Drones représenteront 100 millions de dollars alors que l’envoi de chasseurs à réaction est encore envisagé comme une option à long terme.


Ceci est une version mise à jour – Datée du 14 avril 2022 – 02h 41 – Pacific Time – Peace

Banque centrale européenne

Banque centrale européenne

Aujourd’hui, nous avons pris nos dernières décisions de politique monétaire. Quels sont-ils et qu’avons-nous regardé en les prenant?
⚫️ La guerre en Ukraine affecte gravement l’économie. Dans un avenir proche, l’économie croîtra plus lentement
⚫️ La guerre crée de nouveaux goulots d’étranglement d’approvisionnement. Celles-ci s’ajoutent aux difficultés des chaînes d’approvisionnement causées par les récentes mesures pandémiques en Asie. Cela perturbe la production dans certains secteurs
⚫️ L’inflation a augmenté de manière significative et restera élevée au cours des prochains mois. Les prix de l’énergie en sont de loin la raison la plus importante
⚫️ Notre politique doit rester flexible et garder les options ouvertes. Tout changement dépendra de l’évolution de l’économie et de la façon dont nous évaluons les perspectives. Nous prévoyons de conclure des achats nets d’actifs dans le cadre de notre programme d’achat d’actifs au troisième trimestre de cette année. En savoir plus  https://lnkd.in/erNK7jHs

La guerre en Ukraine affecte gravement l’économie

Dans un avenir proche, l’économie connaîtra une croissance plus lente. Les prix très élevés de l’énergie et des matières premières freinent la production et réduisent le pouvoir d’achat des populations.

Il y a une grande incertitude sur le futur proche

Cela rend les consommateurs et les entreprises moins confiants.

La guerre crée de nouveaux goulots d’étranglement

Celles-ci s’ajoutent aux difficultés des chaînes d’approvisionnement causées par les récentes mesures pandémiques en Asie. Cela perturbe la production dans certains secteurs.

Mais la réouverture après la phase de crise de la pandémie soutient l’économie

De nombreux employeurs recherchent des travailleurs et davantage de personnes ont un emploi et un revenu à dépenser. L’épargne des gens pendant la pandémie et le soutien du gouvernement aident également l’économie.

L’inflation a considérablement augmenté et restera élevée au cours des prochains mois

Les prix de l’énergie en sont de loin la principale raison. Mais les prix des aliments et d’un large éventail de biens et de services augmentent également.

Notre politique doit rester flexible et garder les options ouvertes.

Tout changement dépendra de l’évolution de l’économie et de la façon dont nous évaluons les perspectives. Nous prévoyons conclure les achats nets d’actifs dans le cadre de notre programme d’achat d’actifs au troisième trimestre de cette année.VOIR ÉGALEMENT

Regardez les détails

DÉCISIONS DE POLITIQUE MONÉTAIRE

Voici ce que le Conseil des gouverneurs a décidé sur les taux d’intérêt et les instruments de la BCE lors de sa dernière réunion.communiqué de presse

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MONÉTAIRE

Lisez notre explication des raisons derrière les dernières décisions de politique monétaire.Déclaration de politique monétaire

PAS UN EXPERT? DÉCOUVREZ NOTRE EXPLICATION

Qu’est-ce que la politique monétaire ?

10 juillet 2015 (mise à jour le 25 août 2021)


RÉPONSE DE Saïd El Mansour Cherkaoui

Banque centrale européenne


Madame  Christine Lagarde  avec tout le respect que je dois aux employés de la Banque Centrale Européenne, en France il y a deux adages que nous avons utilisés dans nos Travaux Pratiques à  Sciences Po Grenoble  Section Eco-Fi comme vous l’avez fait à  Sciences Po Aix

🌐 Quand le Beaujolais nouveau est là, tout va 
🌐 Quand le Bâtiment va, tout va.
Adage populaire datant du 19e siècle pr Martin Nadaud, maçon devenu député puis préfet

En d’autres termes, le Beaujolais, c’est la consommation et la construction qui augmentent les revenus des consommateurs, contrôlent l’inflation, réduisent les goulots d’étranglement de la gestion de la chaîne d’approvisionnement.
En d’autres termes, Bâtiment signifie infrastructure, budget, stimulation de la croissance, création d’emplois et investissement dans des domaines à plus forte valeur ajoutée par le développement et l’insertion de la main-d’œuvre.

D’autres domaines économiques et productifs peuvent être développés grâce à la stimulation des demandes locales grâce aux allocations budgétaires des autorités régionales telles que la Banque centrale européenne et d’autres institutions financières pour développer des industries et des productions pouvant remplacer les importations. 200 millions de dollars ont été autorisés au cours du week-end, ajoutant les 800 millions de dollars, l’administration Biden a engagé 1 milliard de dollars d’aide à l’Ukraine



Le voyage surréaliste et solitaire de la BCE sous la houlette de Mme Lagarde vers le délire inflationniste a déjà mis l’euro sur la voie de la  #lirisation  et fait peser un risque substantiel sur la cohésion européenne.
➡️ Un  #échec  sans précédent de la BCE sous la direction de Mme Lagarde (rappel : une fois condamnée pour négligence pour détournement de fonds publics) à agir sur son obligation impérative est un témoignage embarrassant d’un échec politique multiplié par un échec de la gouvernance institutionnelle.
➡️ Les  #politisés la réticence à agir dans le cadre de son mandat principal expose les citoyens ordinaires qui travaillent dur à une perte énorme de pouvoir d’achat sur leur épargne-retraite/assurance, leurs revenus et leurs prestations de sécurité sociale tout au long de leur vie. La dernière  lecture de l’#inflation 🚀 de l’IPC est de 7,5 % (plus élevée localement et sur la base de l’IPP). 

🗣 “Les données sur l’inflation parlent un langage clair. La politique monétaire ne peut pas manquer l’occasion de contrer en temps opportun » (Dr. J.Nagel, CB allemand le 01.04.2022)

➡️ “Vivre dans un fantasme” 🦄  https://todayuknews.com/economy/living-in-a-fantasy-euros-founding-father-rebukes-ecb-over-inflation-response/

Cette image a un attribut alt vide ;  son nom de fichier est image-5.png

“Vivre dans un fantasme”: le père fondateur de l’euro réprimande la BCE pour l’inflation


Saïd El Mansour Cherkaoui – saidcherkaoui24@gmail.com

Cet article est une autre confirmation de mes avertissements et écrits sur ce qui va être confronté à des freins inflationnistes en spirale et à la mode non seulement par la Banque centrale européenne, mais par l’ensemble des institutions financières et les pays et économies respectifs où ils mènent leurs opérations, investissements et opérations et transferts.

La guerre devrait avoir un impact considérable sur l’économie mondiale, et en particulier sur l’économie européenne, ai-je dit à Phileleftheros. L’impact global dépendra beaucoup de la durée de la guerre.
 
À court terme, cela ralentira probablement la croissance de la zone euro et fera monter l’inflation par :
 
➡️ la hausse des prix de l’énergie et des matières premières
➡️ la baisse de la confiance des consommateurs 
➡️ les perturbations du commerce international
 
Nos décisions de politique monétaire et la voie de la normalisation dépendent entièrement des données. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’optionnalité dans notre politique.
 
Lire l’interview complète https://lnkd.in/dJ4vzJDC 


Évaluations et déclarations de Christine Lagarde

Christine Lagarde • Présidente de la Banque centrale européenne

Christine Lagarde

La pandémie a été un défi sans pareil et je suis heureux de dire que l’économie de la zone euro est désormais fermement en mode de reprise.

Il y a deux ans, j’ai commencé mon mandat de président de la BCE. C’est très différent de ce à quoi je m’attendais !

En plus de la réponse à la pandémie, il y a d’autres domaines de progrès dont je suis particulièrement fier :

1️⃣ Notre examen de la stratégie, achevé en juillet, qui fournit une base solide pour la manière dont nous mènerons la politique monétaire dans les années à venir.

2️⃣ Notre feuille de route sur le changement climatique qui définit comment nous pouvons prendre en compte les risques climatiques lors de nos décisions politiques.

3️⃣ Notre décision de lancer la phase d’investigation d’un projet d’euro numérique – cela nous préparera à l’avenir numérique de l’Europe.

Christine Lagarde • Présidente de la Banque centrale européenne • il y a 5 mois

Il y a deux ans, j’ai commencé mon mandat de président de la BCE. C’est très différent de ce à quoi je m’attendais !


Christine Lagarde • Présidente de la Banque centrale européenne

Christine Lagarde sur les goulots d’étranglement de l’offre comme l’un des éléments faisant actuellement monter l’inflation.

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, s’exprime lors d’une conférence de presse sur les résultats de la réunion du Conseil des gouverneurs, à Francfort, en Allemagne, le 28 octobre 2021.

Regarder à nouveau:

Regardez à nouveau : la présidente Christine Lagarde sur les goulots d’étranglement de l’offre comme l’un des éléments qui poussent actuellement l’inflation

La pandémie Covid – 19, la Supply Chain, la guerre entre la Russie et l’Ukraine, les sanctions économiques, commerciales et financières contre la Russie, la position de la Chine et encore et encore des excuses et des raisons extérieures, le tout est mélangée pour fournir des raisons et des causes alors que la Politique et la Stratégie Échafaudée soit avant l’avènement de ces crises ou bien en réponse a leur émergence n’est point remise en cause.

La question que l’on peut se poser est la suivante: Si on peut identifier les causes et les raisons de cette manière rationnelle et compétente, alors pourquoi on ne peut pas avancer des solutions et des corrections avec de telles précisions et clartés en face de ces continuels défis et soit-disant défaillances du système capitaliste et ces lacunes existant dans ses relations financières et liberales.

Une excuse qui ne peut être acceptée alors que les goulots d’étranglement sont aussi les résultats d’une politique commerciale désastreuse au niveau de l’application d’un Libéralisme dévastateur des termes et des conditions d’échanges au niveau des produits primaires, la fixation variée de leurs prix, le monopole de la logistique de transportation et la continuelle revalorisation des produits manufacturés et les augmentations continuelles des taux d’intérêts tant pour la dette publique que privée par les décisions conjointes, répétitive vers la montée et complémentaires des banques centrales aux Etats Unis et dans l’Union Européenne a leur tête la Banque Centrale Européenne.

Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D.

Mme  Christine Lagarde – Banque centrale européenne

La politique monétaire européenne doit avoir un objectif universel et ne pas se limiter aux seuls membres de la zone euro.

Le resserrement des normes de crédit lorsque des difficultés existent accentue la pression sur la productivité et la croissance. Les prêts non performants pour leurs amortissements peuvent être vendus aux enchères.

La BCE peut jouer un rôle central dans l’intégration de l’Afrique compte tenu de sa raison d’être qui est le processus d’intégration européenne.

En fait, avec l’essor de la Fintech et la tendance à la monétisation numérique, la Banque centrale européenne devrait être à l’avant-garde de ces évolutions technologiques susceptibles de soutenir la croissance économique et la création d’emplois tout en augmentant la rentabilité et en maintenant la stabilité des prix en Afrique.

Les instruments actuellement utilisés par la Banque centrale européenne doivent augmenter les domaines de leurs opérations et de leurs mises en œuvre pour étendre la politique monétaire en dehors de la zone euro.

Ceci est réalisable à travers les mécanismes des opérations de change, la gestion des réserves de change, et comme mentionné ci-dessus intégrer les opérations de la Banque centrale européenne dans des systèmes de paiement tels que ceux fournis par Fintech permettant des opérations transnationales et en premier lieu en Afrique.

Maintenant, pour votre explication douce et courte sur les goulots d’étranglement, vous me faites vraiment rire. C’est quelque chose que nous écoutons à la Sidewalk Radio pas à votre niveau.

Alors si on veut trouver des solutions au niveau de Radio Hood, pas de tire-bouchon pour les goulots d’étranglement il suffit de faire comme les Hussards français, faire sauter le bouchon avec un coup de sabre et voila plus de goulots d’étranglement.

Pas mal Madame Christine Lagarde, En garde Fendez vous comme les 3 Masterquaires.

Concernant votre déclaration sur le Supply Chain Management, il y a une grande différence entre ce que les usines peuvent produire et quand elles le produisent que vous n’avez pas du tout développé sur cette productivité opérationnelle et sur l’approvisionnement.

Deuxièmement, au niveau de la logistique du transport, il n’y a pas que le fret maritime, il existe d’autres moyens et vecteurs de transport.

Pour le côté maritime, je vais juste vous donner un exemple de mes écrits sur la façon dont le port d’Oakland s’attaque à ce problème avec tack, voici mon article à ce sujet :

Port d’Oakland : Des grues géantes élevées Pourquoi ?

Said El Mansour Cherkaoui le 12 mars 2021 …  Continuer la lecture


L’Allemagne cherche à se sevrer des importations énergétiques russes | Nouvelles | DW | 25.03.2022

Le ministre de l’Economie, Robert Habeck, a annoncé un plan visant à réduire de moitié la consommation de pétrole russe d’ici l’été. 

Sources multiples : dw, jsi/nm (AFP, Reuters, dpa, AP)


Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D.

Tout d’abord, il convient de souligner ici une précision susceptible d’influencer les décisions contradictoires que vous êtes en train de mettre en œuvre


À l’attention de : Christine Lagarde

Tu es diplômé d’Aix et moi de Grenoble, même section : Economie et Finance, on avait de meilleurs professeurs et profs à  Sciences Po Grenoble  que ce que tu avais à  Sciences Po Aix  car on était plus proche de  la Fondation Nationale Sciences Politiques  Paris sans être hautain, j’ai été diplômé devant vous quand la France pouvait donner et dispenser la meilleure éducation par des esprits éminents.


Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D.

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré plus tôt dans la semaine du 03/04/2022 que “trois facteurs principaux sont susceptibles de faire grimper l’inflation” à l’avenir.

“Les prix de l’énergie devraient rester plus élevés plus longtemps”, “la pression sur l’inflation alimentaire devrait augmenter” et “les goulots d’étranglement mondiaux de la fabrication devraient persister dans certains secteurs”.

Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D.

“Les ménages sont de plus en plus pessimistes et pourraient réduire leurs dépenses”, a déclaré Lagarde dans un discours prononcé à Chypre le mercredi 30 mars 2022.

“La flambée des coûts de l’énergie provoquée par la  guerre en Ukraine  a provoqué une flambée des prix à la consommation au sein de la zone euro, a déclaré l’agence statistique de l’UE vendredi 4/1/2022. L’inflation annuelle dans la zone euro a atteint 7,5% en mars, contre 5,9% en février, a rapporté Eurostat. C’est le cinquième mois consécutif que l’inflation dans la zone euro établit un record. Les prix de l’énergie ont augmenté de 44,7 % en mars , contre 32 % en février, selon Eurostat, alors que l’Union européenne [ Commission européenne ] s’est retrouvée en proie à une crise du pétrole et du gaz causée par les tensions avec la Russie à la suite de l’invasion de Ukraine. La hausse de l’inflation accroît la pression sur la  Banque centrale européenne pour qu’elle relève son taux directeur.

Nous voilà enfin reconnu l’échec de sa propre politique :

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a averti mercredi 30 mars 2022 qu’un conflit prolongé en Ukraine signifiera que le coût de la vie continuera de monter en flèche, entravant les espoirs d’une reprise post-COVID.

Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D.


L’inflation est là et durera avec la Russie qui demande l’utilisation des roubles dans tous les achats internationaux et la Chine suivra ce cours et ensuite l’Inde. Ce n’est qu’une question de temps pour que BRICS Development Bank avance son pion pour devenir un acteur mondial dans l’espace financier international sans frontières comme toutes ces institutions financières internationales basées en Occident.

Actuellement, la et ce que Mme Présidente Christine Lagarde poursuit “Politique monétariste” ajoutée aux raisons de l’invasion russe de l’Ukraine et des sanctions ultérieures jouent toutes dans le domaine de la montée et de la consolidation des institutions financières alternatives et parallèles issues des économies émergentes et leurs suiveurs. Quelle que soit l’importance de ces réactions, il y a un impact perturbateur et une dispersion ainsi qu’un détournement des transactions financières qui vont changer le système financier international et toutes les banques régionales liées non seulement en tant que régulateur du marché mais surtout en tant que plaque tournante de tous les transactions financières liées au commerce international et la valeur des biens échangés.


Russie★Chine & Europe★États-Unis

La Russie veut que les «pays hostiles» paient le gaz naturel russe en roubles. C’est une nouvelle directive du président Vladimir Poutine … Continuer la lecture →


L’invasion de son voisin par la Russie et les sanctions qui ont suivi ont entraîné une flambée des prix de l’énergie dans toute l’UE . L’inflation en Allemagne est au plus haut depuis la réunification en 1990.

Ce sont des chiffres que tout média peut vérifier en ayant ses propres estimations et calculs. En fait, le vendredi 1er avril 2022, la plus grande institution bancaire allemande a déclaré que la hausse de l’inflation pourrait être difficile à endiguer en raison d’un choc des prix de l’énergie déclenché par des sanctions qui exacerbent les  problèmes de la chaîne d’approvisionnement .

“Le rhinocéros dans la pièce s’est déchaîné et pourrait maintenant s’avérer difficile à arrêter”, a déclaré Christian Nolting, directeur des investissements de la Deutsche Bank, dans une note de recherche, ajoutant que la hausse des prix à la consommation aux États-Unis avait dépassé 7%.

“Les problèmes à plus long terme tels que la diminution de la main-d’œuvre et la part croissante du PIB générée par les services à forte intensité de main-d’œuvre devraient persister et il est donc peu probable que l’inflation revienne à son niveau d’avant la pandémie dans les années à venir.”

« Dans les économies développées, les taux d’inflation déjà élevés peuvent maintenant être encore plus élevés, étant donné le choc des prix du pétrole et du gaz induit par le conflit. Les sanctions, ainsi que l’arrêt des activités des entreprises en Russie, exacerbent les problèmes de la chaîne d’approvisionnement. Nolting a déclaré que la croissance économique aux États-Unis dépasserait celle de la zone euro en 2022 et 2023 en raison du conflit en Ukraine et de la dépendance de l’Union européenne aux importations d’énergie.


À l’attention :Christine Lagarde • Présidente de la Banque centrale européenne

Il est certain que la flambée des prix du pétrole a un impact direct sur la poussée de l’inflation à travers :
➡️ la hausse des prix de l’énergie et des matières premières
➡️ la baisse de la confiance des consommateurs DANS BIZZARE BAZZZAR
➡️ les perturbations du commerce international PAS NOUVEAU

L’inflation est venue de la politique monétaire menée par la  Banque centrale européenne  depuis 5 ans et de facteurs qui n’ont pas été abordés lors de leur montée, y compris la pandémie

Alors où est la stratégie de contingence ?

Les risques n’ont pas complètement disparu, car les progrès de la vaccination sont restés lents dans de nombreuses régions du monde, les pressions sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et la hausse des prix de l’énergie ont posé de nouveaux défis à la vigueur de la reprise et aux perspectives d’inflation / CETTE ÉVALUATION EST DE 2021.

Depuis le 1er novembre 2019, vous êtes à la BCE Alors, s’il vous plaît, ne blâmez pas le temps présent.

Christine Lagarde  Présidente  Banque centrale européenne

La Russie n’est pas seule et il y a la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil, les BRICS construisent un mur de protection contre tout obstacle financier contre la Russie.

Dommage, Madame Christine Lagarde , l’inflation trouvera un nid douillet dans ces sanctions où procréer et se développer non seulement en Europe mais auprès des partenaires commerciaux des Pays Européens. Les prix de l’énergie augmentent, menaçant le budget des ménages et les bénéfices des entreprises (sauf dans le secteur de l’énergie). En outre, la perturbation attendue des sanctions contre la Russie et la Biélorussie aura un impact sur les flux commerciaux, ce qui pourrait encore freiner l’économie mondiale, et l’Europe sera la première à en souffrir.

La Russie était dépendante de SWIFT , quelque 300 banques et autres institutions financières russes utilisent le système SWIFT , et la Russie se classe deuxième (derrière les États-Unis) en nombre d’utilisateurs de cette plateforme. La raison du niveau élevé de dépendance provient des exportations énergétiques russes libellées en dollars américains. Pour cela, le La Commission européenne  hésitait à interdire #Russie  de SWIFT  en raison de l’impact dramatique que cela aurait – sur les prix du pétrole. Certains craignent que cela ne crée un risque financier mondial systémique. Pour la Russie, compte tenu de sa situation géographique et de la diversité de ses partenaires internationaux et du soutien qu’elle reçoit actuellement de la Chine pour ses transactions internationales, l’impact attendu et même qualifié de « bombe nucléaire financière » par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, n’aura pas les effets souhaités ou attendus par le reste des dirigeants d’Europe occidentale.


Mise à jour : 3 avril 2022 – 00 h 37, heure du Pacifique Publié à l’origine sur LinkedIn le 31 août 2015 : Said El Mansour

BRICS et la Construction de la Grande Muraille Financière – 🌎 ★ GLOBAL 🌎★🌎 LEVIER ★ 🌎


En fait, la Russie n’a pas été complètement bannie de SWIFT – les cibles des interdictions sont sélectionnées pour des banques spécifiques, ce qui semble être destiné à rendre plus difficile d’éviter les sanctions précédentes imposées à ces banques. Les exportations d’énergie sont apparemment exclues de ces sanctions, bien qu’il existe un risque au niveau de chaque transaction des exportations d’énergie qui peut être plus difficile à négocier et à régler, ce qui peut toujours faire imploser le taux d’inflation, en particulier pour l’énergie, le métal et les prix des céréales.

Mieux vaut trouver d’autres instruments financiers pour soutenir la Croissance et la Productivité des Entreprises Européennes surtout les Femmes, les Moyennes et les Petites Entreprises qu’elles doivent encore concurrencer au niveau du marché international avec les oligopoles et les conglomérats qui ne respectent aucune nationalité frontière, souvenez-vous simplement de ce que prédisait JJSS dans son célèbre plaidoyer pour la construction de l’Europe avec allégeance à ces géants des défis transnationaux.

Mme Christine Lagarde avec les politiques financières que vous avez préconisées en ce qui concerne l’inflation et la position que vous avez prise, c’est-à-dire le “wait and see” est une preuve que vous n’avez pas complètement tourné la page des influences du FMI et de la Banque mondiale dans en concevant des stratégies de relance et de stimulation de la croissance qu’ils ont incluses dans leurs conditionnalités envers les pays en développement et maintenant vous postulez pour les pays européens.

Saïd El Mansour Cherkaoui, Ph.D. – Mise à jour 05/03/2022


Monétarisme, banque centrale et développementalisme

Banque centrale européenne


Mis à jour le 01/12/2021

POINTS CLÉS

L’inflation de la zone euro s’élève à 4,1 % en octobre, atteignant un nouveau plus haut en 13 ans

Saïd El Mansour Cherkaoui, Ph.D. 


Madame la Présidente de  la Banque centrale européenne

  • La politique monétaire européenne doit avoir un objectif universel et ne pas se limiter aux seuls membres de la zone euro.
  • Le resserrement des normes de crédit lorsque des difficultés existent accentue la pression sur la productivité et la croissance. Les prêts non performants pour leurs amortissements peuvent être vendus aux enchères.
  • La BCE peut jouer un rôle central dans l’intégration de l’Afrique compte tenu de sa raison d’être qui est le processus d’intégration européenne.
  • En fait, avec l’essor de la Fintech et la tendance à la monétisation numérique, la Banque centrale européenne devrait être à l’avant-garde de ces évolutions technologiques susceptibles de soutenir la croissance économique et la création d’emplois tout en augmentant la rentabilité et en maintenant la stabilité des prix en Afrique.
  • Les instruments actuellement utilisés par la Banque centrale européenne doivent augmenter les domaines de leurs opérations et de leurs mises en œuvre pour étendre la politique monétaire en dehors de la zone euro. Ceci est réalisable à travers les mécanismes des opérations de change, la gestion des réserves de change, et comme mentionné ci-dessus intégrer les opérations de la Banque centrale européenne dans des systèmes de paiement tels que ceux fournis par Fintech permettant des opérations transnationales et en premier lieu en Afrique.
  • Enfin, une voix s’exprime sur les raisons du passage et de la rétrogradation continuelle des pays anciennement colonisés du niveau des pays en voie de développement au niveau des pays sous-développés et sombrant actuellement au niveau des pays sous-capitalistes.
  • Cette sous-capitalisation a été accentuée par la mondialisation des investissements étrangers directs et indirects et leur impact sur la structuration sociale et la consolidation des élites locales qui facilitent l’internalisation des demandes des financiers internationaux. La pauvreté s’est consolidée et propagée comme un virus économique dans les sociétés subcapitalistes affaiblissant leur participation à la croissance mondiale accentuant ainsi les récessions et même l’inflation actuelle.
  • La manipulation des prix des matières premières ainsi que des prix des produits de consommation est le résultat de cette complicité entre les partisans de la Global Supply Chain et ces élites gouvernantes, dont les banques nationales et les institutions financières transnationales. Les États-Unis ont ouvert une enquête sur cette affaire.
  • De même, la zone euro connaît un taux d’inflation de 4,9% d’une année sur l’autre, ce qui n’a jamais été le cas depuis le lancement de l’euro en 1999.
  • Enfin une voix parle des raisons pour lesquelles les pays anciennement colonisés ont émigré du niveau des pays en voie de développement au niveau des pays sous-développés pour accéder effectivement au statut et au privilège de sombrer actuellement dans le sous-capitalisme profond.

Les chiffres de l’inflation de la zone euro pour novembre sont historiques. A 4,9% sur un an, l’inflation européenne n’a jamais atteint de tels niveaux depuis le lancement de l’euro en 1999. La hausse des prix des matières premières (les prix de l’énergie ont augmenté de 27% sur un an en novembre), conjuguée à une forte croissance économique et à l’émergence de goulets d’étranglement dans l’industrie continuent d’expliquer cela un extraordinaire retour de l’inflation auquel personne ne croyait jusqu’à il y a quelques mois. Rappelons que le thème dominant avant la crise du Covid début 2020 était le risque de déflation qui menaçait les Etats-Unis et l’Europe, comme le Japon, depuis des décennies.

Avec de tels chiffres, le dilemme de la BCE et de toutes les banques centrales devient de plus en plus intenable. Comment arrêter les politiques monétaires extrêmes de taux d’intérêt zéro accompagnées d’injections de liquidités pour lutter contre ce péril inflationniste peut générer un risque élevé de récession et menacer le pouvoir d’achat et la consommation.

Ni la BCE ni aucune autre banque centrale n’a encore pris de décision, et il est peu probable qu’elle le fasse rapidement étant donné les incertitudes entourant la variante Omicron et ses conséquences potentielles pour la croissance et les marchés financiers.

L’objectif officiel de la BCE est toujours de… 2%, alors qu’un autre risque majeur apparaîtra alors : l’impact des hausses massives de taux sur le service de la dette. Si les taux d’intérêt montent en flèche, la situation deviendra incontrôlable et nécessitera une austérité budgétaire.


LA PRÉVISION EN TEMPS DE PAIX ET A TORT

Mis à jour le 27/11/2021

Christine Lagarde • Présidente de la Banque centrale européenne 19h • Modifié • Il y a 19 heures

Nous ne nous attendons pas à ce que la hausse actuelle de l’inflation dure, ai-je expliqué dans une interview avec le rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, Gerald Braunberger.

Quelques autres points importants abordés :

➡️ Si nous, à la  Banque centrale européenne,  devions resserrer la politique monétaire maintenant, nous nous attendrions à voir l’impact dans 18 mois. Mais nos prévisions montrent une baisse de l’inflation d’ici là.

Nous causerions du chômage et n’aurions pas contré la forte inflation actuelle. Je trouverais cela faux.

➡️ Les taux d’intérêt peuvent augmenter lorsque nous voyons l’inflation atteindre notre objectif de 2 % à moyen terme, durablement et durablement – c’est-à-dire pas seulement pour une courte période de temps.

Entretien avec Christine Lagarde, présidente de la BCE, réalisé par Gerald Braunberger, Dennis Kremer et Christian Siedenbiedel le 23 novembre et publié le 26 novembre 2021

Madame Lagarde, les taux d’inflation augmentent partout dans le monde. L’inflation aux États-Unis est de 6,2 %, tandis qu’en Allemagne, un taux proche de 6 % est attendu pour novembre. L’inflation devient-elle incontrôlable ?

À la Banque centrale européenne, nous surveillons bien sûr cela de très près. Et pas seulement parce que notre objectif principal est de maintenir la stabilité des prix et que l’inflation en est un indicateur crucial. Mais aussi parce que nous savons que l’inflation affecte les gens. Les moins privilégiés et les moins nantis sont ceux qui souffrent le plus de l’inflation. C’est pourquoi nous devons continuer à l’examiner très attentivement.

Ressentez-vous des effets de la hausse de l’inflation dans votre propre vie quotidienne ?

Bien sûr, la hausse des prix de l’énergie est la plus notable. Après tout, l’inflation des prix de l’énergie représente désormais environ la moitié des taux d’inflation élevés. Vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer l’augmentation des prix lorsque vous faites le plein dans une station-service ou que vous achetez du mazout pour l’hiver. En tant que Français, je surveille de près les prix du bon pain à la boulangerie. Cela se démarque en ce moment et inquiète beaucoup de gens – mais nous nous attendons à ce que cette hausse de l’inflation ne dure pas. Il s’atténuera l’année prochaine. Nous nous attendons à ce que les taux d’inflation commencent à baisser dès janvier.

Qu’est-ce qui vous rend si sûr? N’y aura-t-il pas des effets de second tour, si les syndicats exigent des salaires plus élevés pour compenser les prix plus élevés ?

À en juger par ce que nous savons jusqu’à présent des enquêtes auprès des employeurs et des syndicats, aucune forte pression inflationniste n’est à attendre de ce front pour le moment. Les accords salariaux négociés ont été très modérés jusqu’à présent. Pour l’année prochaine, il faut en partie s’attendre à des revendications salariales un peu plus élevées. Mais d’après ce que nous constatons, les accords ne devraient pas être d’une ampleur susceptible de déclencher une spirale salaires-prix.

Ne pensez-vous pas que les employés pourraient devenir nerveux et exiger néanmoins une compensation pour l’inflation si les taux d’inflation atteignaient maintenant un niveau qui n’a pas été vu depuis de nombreuses années ?

Cela ne semble pas être le cas pour le moment. Et si l’on regarde les anticipations d’inflation, à la fois celles qui peuvent être dérivées des marchés financiers et celles qui résultent des enquêtes, alors la plupart des gens ne s’attendent pas à une inflation plus élevée à plus long terme. Les anticipations d’inflation ont augmenté, mais elles sont inférieures à notre cible d’inflation de 2 %. Nous ne voyons aucun désancrage des anticipations d’inflation.

Personnellement, n’avez-vous jamais douté que l’inflation pourrait persister plus longtemps que ne le prédisent actuellement vos experts ?

Je me pose cette question encore et encore. Pour y répondre, vous devez considérer ce qui est à l’origine des taux d’inflation élevés actuels. Je distinguerais trois groupes de facteurs déterminants. Les premiers sont des effets de base statistiques qui sont liés à la pandémie, comme la baisse de la TVA en Allemagne l’an dernier et son inversion, qui poussent désormais fortement la hausse des prix par rapport à l’année précédente. Des effets pandémiques passagers similaires peuvent être observés en ce qui concerne les vacances à forfait, par exemple. Ces facteurs disparaîtront automatiquement l’année prochaine, car ils disparaîtront de la comparaison d’une année sur l’autre. Les goulots d’étranglement de l’approvisionnement constituent un deuxième groupe de facteurs. La demande a bondi après la fin du premier confinement alors que l’offre est toujours limitée. Ces goulots d’étranglement dans, disons, les puces informatiques, conteneurs et la capacité de transport routier persistent évidemment plus longtemps que nous ne le pensions initialement. Mais la situation s’améliorera progressivement l’année prochaine à cet égard également. Le troisième groupe est celui des prix de l’énergie. Nous nous attendons à ce que l’évolution des prix de l’énergie se stabilise au moins l’année prochaine.

Mais personne ne peut sûrement savoir avec certitude comment les prix du pétrole, par exemple, évolueront l’année prochaine ?

Nous voyons au moins de bonnes raisons pour lesquelles la forte hausse des prix de l’énergie ne durera pas jusqu’au second semestre 2022. Il n’y a en tout cas aucune attente sur les marchés à terme du pétrole que la hausse des prix se poursuive. Mais nous cherchons à évaluer et à considérer autant de sources d’information sur ce sujet que possible.

Lire la conversation complète  – Cliquez ici

Christine Lagarde • SuitePrésidente de la Banque centrale européenne 2 sem • il y a 2 semaines

Lors de la réunion de l’Eurogroupe d’aujourd’hui, nous avons discuté des perspectives économiques positives dans la zone euro, les politiques monétaire et budgétaire soutenant une forte reprise. Nous sommes convaincus que la hausse actuelle de l’inflation est transitoire. Nous avons également échangé sur les objectifs d’un euro numérique.


Response of / Reponse de Saïd El Mansour Cherkaoui

Dans un monde subdivisé par rapport aux ressources naturelles et par le degré de participation à l’offre et à la demande agrégées, les signes de la crise ne représentent que des indicateurs pour les institutions financières internationales qui ont la ferme conviction que le marché finira par être capable de corriger ses excès , allant même jusqu’à adopter la thèse du « nouveau paradigme ».

Avec cette assurance fondée sur la conviction que la croissance passe désormais par des cycles économiques de plus en plus longs et des oscillations rapides avec des taux de développement plus élevés, avec une faible inflation et une productivité accrue, grâce à l’efficacité et à l’innovation apportées par les nouvelles technologies.

Rostow serait ravi et Keynes serait impressionné tandis que Friedman serait soulagé, le tout sans aucune considération pour le développement du facteur humain.

Pour ces décideurs, il y a des dommages collatéraux sous la forme de fréquentes mésaventures financières, avec toutes les tragédies humaines et politiques qu’elles entraînent, elles ne restent que des mésaventures inévitables sur le chemin de l’Eldorado économique.

Le taux d’intérêt sert de levier tel la « Main Invisible » qui régule indirectement tout marché intégré au monde financier et commercial. Il est largement admis que l’instabilité financière est profondément enracinée dans la crise financière affectant le fonctionnement des marchés qui impose des recommandations aux économies émergentes et en développement dans le seul but d’en faire des bénéficiaires de prêts et de transferts financiers.

Ces mouvements indirects de capitaux servent à atténuer l’impact des dépenses et des déficits résultant des investissements entrepris par les pays émergents et en développement dans la mise en place d’infrastructures et d’opérations transformatrices afin de pouvoir rivaliser avec leurs pairs pour l’attractivité des investissements directs étrangers.

Les larges incitations et facilités financières offertes aux investisseurs étrangers, associées aux dépenses d’infrastructure ajoutées au faible rendement reçu en échange d’investissements lourds et d’une dépréciation à long terme, réduisent toutes les revenus de leurs trésoreries. Les États des économies en développement sont ainsi réduits pour atteindre le plafond de la dette extérieure.

Pourtant, il y a quelque temps, même le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont reconnu qu’un grand nombre de leurs interventions ne bénéficiaient pas aux pays émergents et en développement qui traversent une crise très sévère, et que le médicament administré sous forme d’embauche de les consultants ont eu des effets secondaires désastreux et les prescriptions présentées sous forme de recommandations se sont avérées vénéneuses et même définitives comme des surdoses.


Certaines de mes publications liées au sujet abordé par la Présidente Christine Lagarde peuvent servir de complément à mon commentaire susmentionné tout en présentant le rôle de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international dans l’élaboration de l’évolution de l’économie mondiale en mettant l’accent sur les économies des Pays du Sud. (Les articles sont rédigés en Français et/et en Anglais).

Dans la même optique, voici quelques-unes de mes publications en lien avec le sujet abordé par et comme mentionné ci-dessus intégrer les opérations de la Banque centrale européenne dans des systèmes de paiement tels que ceux fournis par Fintech permettant des opérations transnationales et en premier lieu en Afrique. Dans la même optique, voici quelques-unes de mes publications en lien avec le sujet abordé par Christine Lagarde peut servir de complément à mon commentaire susmentionné tout en présentant le rôle de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international dans l’élaboration de l’évolution de l’économie mondiale en mettant l’accent sur les économies des pays du Sud. (écrit en Français et/et Anglais)

Débat sur la monnaie : économie politique ou politique économique

Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D. https://lnkd.in/gvtcW4dV

Coronavirus + Crise × Intervention de l’Etat => Circulation de Monnaie + Inflation = Chômage

Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D. https://lnkd.in/gmnUvK_F

Cours et Compréhension : Monnaie et Banques Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D. https://lnkd.in/gwMUEiKP

L’évolution de l’économie mondiale

Saïd El Mansour Cherkaoui, Ph.D. https://lnkd.in/g6W2uQFn

Economie Mondiale en Mutation Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D.

https://lnkd.in/g8Pn_kpn

Concernant les concepts de développement économique et d’analyse liés aux pays africains, vous pouvez également consulter mes publications sur ces sites Web :

★  https://lnkd.in/g_xiS6pC

★  https://lnkd.in/ gMj-Xmh

★  https://lnkd.in/g8df–m

★  https://lnkd.in/gBed_iQ

★  https://lnkd.in/g726dv4Y

★  https://lnkd.in/g3WTQu4

★  https:/ /lnkd.in/gmcrbyF


Pour ce qui est des relations entre les pays occidentaux et le reste du monde, vous pouvez également lire les articles publies par Said El Mansour Cherkaoui sur ces sujets d’actualité internationale dans les liens suivants:

Diplomatie occidentale Mélange de valse et de Petrouchka : États-Unis – Union européenne – Russie

Diplomatie occidentale Mélange de valse et de pétrouchka : États-Unis – Union européenne – Russie Amours et jalousies de deux figurines : les États-Unis et l’UE ainsi qu’une marionnette : l’Ukraine Apporter la liberté à l’Ukraine, comme libérer les femmes en Afghanistan et offrir le meilleur cadeau de la vie à l’Irak et Démocratie en Libye et en Syrie, qui est le prochain Réservez votre siège pour le prochain voyage du printemps arabe Ils ferment …  Continuer la lecture Western Diplomacy Blend of Waltz and Petrouchka: USA – Europe Union – Russia –

Brexit ou pas Brexit, le Royaume-Uni et l’Union européenne en Inde vont rompre les liens des BRICS avec la Russie

 Saïd El Mansour Cherkaoui, Ph.D. 05/05/2022 BRICS (Brésil – Russie – Inde – Chine – Afrique du Sud) Triangle Russie – Inde – Chine En particulier, la formation du groupe BRICS en 2010 a souligné que « le monde subit des changements importants et rapides qui mettent en évidence la nécessité pour les transformations correspondantes de la gouvernance mondiale dans tous les domaines pertinents. Ses membres ont également fait valoir que …  Continuer la lectureBrexit or not Brexit, United Kingdom and European Union in India to Break Ties of the BRICS to Russia –

Russie★Chine & Europe★États-Unis

Commission européenne Alors que la brutalité de l’invasion russe augmentait, l’Union européenne a approuvé le cinquième paquet de sanctions contre la machine de guerre du Kremlin. Ces mesures sont plus larges et plus sévères et creusent encore plus profondément l’économie russe. Ils font suite aux atrocités commises par les forces russes à Bucha et ailleurs en Ukraine sous occupation russe. Ils ciblent six enjeux principaux : importation de charbon de Russie transactions avec 4 …  Continuer la lecture Russie★Chine & Europe★USA –

Nationalisme contre libéralisme : guerre et finance en Europe

Les forces russes intensifient leurs attaques contre Kiev et l’ouest de l’Ukraine alors qu’elles se préparent à se concentrer sur la région orientale du Donbass. Le New York Times indique que la stratégie de la Russie semble impliquer de « dégrader » les capacités de l’Ukraine à travers le pays avant de renouveler son offensive vers l’est. Pendant ce temps, la Russie a averti les États-Unis et l’OTAN qu’ils risquaient des “conséquences imprévisibles” en continuant à armer l’Ukraine avec des armes “sensibles” …  Continuer la lecture Nationalisme contre libéralisme : guerre et finance en Europe –

Banque centrale européenne : zone euro, monnaie et inflation

Honorable Christine Lagarde 09/06/2022 Notre travail préalable et prédictif sur l’inflation et la staginflation en Europe et les économies liées à la chaîne d’approvisionnement entrant et sortant des pays européens, pour plus de détails, lisez plus dans le lien suivant : Banque centrale européenne : Zone Euro, Monnaie et Inflation AFRICANA ENTREPRISE ★ GLBAL LEVERAGE ★ MoroccoTech Commission Européenne Banque Centrale Européenne OCDE – OCDE …  Continuer la lecture Banque Centrale Européenne : Zone Euro, Monnaie et Inflation –

Sanctions contre la Russie Oligarque – Milliardaires : Réactions populaires

Les États-Unis saisissent le yacht d’un oligarque russe Les États-Unis ont pris possession d’un superyacht qui appartiendrait à un milliardaire russe et ont déposé un mandat pour saisir deux jets privés appartenant à un autre oligarque. ) Connexion au 1er degré1erDirecteur général du Medical Device Group 3w Rien de l’administration/du Congrès de Biden n’a dit à propos du conflit en Ukraine n’a été …  Continuer la lecture Sanctions contre la Russie Oligarque – Milliardaires : Réactions des gens –

Embargo pétrolier russe ou Barco !

Les pays de l’UE ont annoncé hier soir qu’ils avaient accepté une interdiction substantielle de l’importation de pétrole russe. Après l’opposition exprimée par la Hongrie, les importations ne seront arrêtées que sur le pétrole qui arrive par voie maritime, mais les sanctions représentent toujours les deux tiers de tout le pétrole russe fourni à l’UE. La Russie livrait 27% du pétrole importé de l’UE et recevait environ …  Continuer la lecture Embargo russe sur le pétrole ou Barco ! 

Regardez les racines du génocide : la guerre de la rhétorique entre la Russie et l’Ukraine

Carnegie Endowment for International Peace Titre original : Crying Genocide : Use and Abuse of Political Rhetoric in Russia and Ukraine MATTHEW KUPFER, THOMAS DE WAAL 28 JUILLET 2014 Résumé : Le mot « génocide » a longtemps été abusé en Europe de l’Est. Dans la crise ukrainienne actuelle, une rhétorique aussi enflammée alimente un conflit dangereux et entrave la réconciliation. Rinat Akhmetov, un puissant oligarque qui avait hésité dans le conflit …  Continuer de lire Regardez les racines du génocide : Russie – Ukraine Guerre de rhétorique –

Changer l’économie mondiale

Said El Mansour Cherkaoui – États-Unis 15 janvier 2021 Sciences Po, Grenoble Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Paris Université de la Sorbonne, Paris III Au cours des années 1980, les différences entre les pays non-occidentaux et les pays du Tiers-Monde sont devenues aux mutations économiques et au progrès au niveau de la participation à la nouvelle division industrielle du travail et de la mise en œuvre de la stratégie industrielle. Est …  Continuer la lecture

Le triangle des bulles

Écrit par William Quinn Lorsque nous avons commencé à faire des recherches sur les bulles historiques, nous avons été surpris de voir à quel point les différents épisodes avaient en commun. Ils semblaient toujours se produire lorsqu’il y avait de l’argent ou du crédit en abondance, ils semblaient toujours se produire dans des actifs qui étaient récemment devenus beaucoup plus faciles à acheter et à vendre, et ils impliquaient toujours Continuer la lecture 


Saïd El Mansour Cherkaoui, Ph.D. Vous ★ Analyste Affaires Mondiales ★ Etudes Prédictives et Formulations ★ Planification et Développement ★ Etats-Unis d’Amérique ★ Europe ★ France ★ Maroc ★ Chine ★ Afrique Subsaharienne ★

📈 📈 Le futur de la Cryptomonnaie 

Réponse de Said El Mansour Cherkaoui, Ph.D. ★

Pour le moment c’est une pure arnaque comme les casinos. Une monnaie qui flotte sans sens, ni valeur ajoutée productive et croissante et qui ne repose ni sur une réserve monétaire.

Cette réserve devrait être un excédent dont plusieurs transactions interbancaires vérifient et sanctionnent, contrôlent et augmentent sa base de transfert, sa convertibilité [exemple des Banques Centrales et du LIBOR] et ses réalisations sous forme de dépôt, d’échange, de conversion, de règlement, de prêt et de soutien aux productions. intégrés dans le circuit international des échanges régionaux, nationaux et interbancaires.

Ajoutez à cela, Cryptomania n’est pas utilisé pour le paiement de dettes, d’obligations financières telles que les impôts.

Si toutes ces procédures n’existent pas dans l’identité fiduciaire et la valeur financière de Cryptomania, elle ne peut donc prétendre à une légitimité financière institutionnelle et monétaire légale.

Ce n’est ni le nombre de participants, ni le niveau des transactions, ni le montant réalisé, ni les slogans et discours propagandistes qui donneront une légitimité à la Cryptocratie et à la Cryptorobotech.

En attendant Godot – Sidna Kdar pour le mieux

Crypto Casino Royal – Cryptomania

Publié le 5 décembre 2021 – Said El Mansour Cherkaoui Sciences Po, Grenoble Institut de Recherche Economique et de Planification, Grenoble Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Paris Université de la Sorbonne, Paris III Bitcoin plonge du jour au lendemain – CNN 04/12/2021 – Bitcoin les prix ont plongé du jour au lendemain à un creux d’environ 43 000 $. La célèbre infâme Dame que j’ai baptisée comme… Continuer la lecture → 5 décembre 2021


Zone euro : monnaie et inflation

Christine Lagarde Présidente Banque centrale européenne La Russie n’est pas seule et il y a la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil, les BRICS construisent un mur de protection contre tout obstacle financier contre la Russie. Dommage, Mme Christine Lagarde, l’inflation trouvera un nid douillet dans ces sanctions où procréer et s’étendre non seulement en… Continuer la lecture → 2 novembre 2021


Toutes nos félicitations! Votre site, 🌎 ★ GLOBAL 🌎★🌎LEVERAGE ★ 🌎, a dépassé les 1 000 vues de tous les temps.


Navigation des articles

Opération Kamikaze Monétaire de la Banque Centrale Européenne 

Analyse de BRICS sans y ajouter aucune Brique

Saïd El Mansour Cherkaoui

You May Also Like

+ There are no comments

Add yours